Projet « Parfum d’images » : l’influence des odeurs sur la mémoire visuelle du nourrisson

Objectifs du projet parfum d’images

  • Mesurer l’aptitude du nourrisson de 4-6 mois à reconnaître les photographies présentées durant le projet.
  • Favoriser ce souvenir visuel par l’association préalable à une odeur. 

Impacts du projet / Résultats attendus

Définir comment l’association entre plusieurs sens améliorent les premiers apprentissages des nourrissons et facilite ainsi la reconnaissance de ce que les nourrissons ont rencontré auparavant.

  • Budget : 5500 €

Les odeurs peuvent-elles aider le nourrisson à mieux se souvenir des événements visuels ?

Pour répondre à cette question, le projet « Parfum d’images » propose de mesurer l’impact d’une association odeur-photographies sur l’aptitude du nourrisson de 4-6 mois à reconnaître ensuite les photographies en présence de l’odeur.

Le nouveau-né s’appuie en grande partie sur les signaux odorants qu’il perçoit pour appréhender son environnement. Par exemple, l’odeur de sa mère lui permet de s’orienter vers le sein et stimule l’ouverture de ses yeux. Après quelques mois, elle oriente même le regard du nourrisson vers les visages et en facilite la perception. Il est donc démontré qu’un sens précoce comme l’odorat influence le développement d’une modalité sensorielle plus tardive comme la vue. Cette influence de l’odorat va-t-elle jusqu’à aider le nourrisson à mieux se souvenir des évènements visuels préalablement associés à des odeurs ?

Le projet parfum d’images mesure l’impact de l’association odeur-photographies chez le nourrisson

Pour répondre à cette question, le projet « Parfum d’images » propose de mesurer l’impact d’une association odeur-photographies sur l’aptitude du nourrisson de 4-6 mois à reconnaître ensuite les photographies. Pour ce faire, les nourrissons seront reçus deux fois en laboratoire. La première fois, l’activité de leur cerveau sera mesurée durant la présentation de nombreuses photographies. Cette mesure sera effectuée au sein de deux contextes odorants différents (à l’aide de parfums). Cette première mesure permettra de montrer l’absence de réponse cérébrale à des photographies données, encore inconnues du nourrisson, et l’absence de différence d’activité cérébrale entre les deux contextes odorants.

A l’issue de ce premier rendez-vous, un livre odorisé sera remis aux parents de l’enfant. Il contiendra certaines photographies présentées durant l’expérience et aura l’odeur de l’un des parfums utilisés durant l’expérience. Il sera lors demandé aux parents de lire ce livre chaque jour avec leur enfant dans l’intervalle avant le second rendez-vous. Cette lecture quotidienne aura pour objectif que l’enfant apprenne les photographies en association avec l’odeur.

A leur seconde venue au laboratoire, les nourrissons seront testés dans les mêmes conditions qu’au premier rendez-vous. Il est cette fois attendu que nous identifiions une réponse cérébrale qui témoigne de l’aptitude des nourrissons à reconnaitre les photographies. En particulier, nous nous attendons à une plus forte réponse cérébrale dans le contexte du parfum associée au livre, ce qui indiquera que les photographies sont mieux reconnues lorsque l’odeur associée à leur apprentissage est présente.

Parfum d’images : description de la méthode de mesure

Pour mesurer l’activité cérébrale des nourrissons, nous utilisons l’électroencéphalographie (EEG). C’est une méthode non invasive et sans douleur qui consiste à déposer des capteurs (électrodes) sur le cuir chevelu du nourrisson pour mesurer l’activité électrique de son cerveau.

Description de la méthode utilisée lors de la présentation des images aux nourrissons

Les nourrissons visionneront des séquences de photographies sur un écran. En présentant les images que les nourrissons auront appris dans le livre à une certaine cadence dans la séquence, nous pourrons analyser la réponse du cerveau à cette cadence. Celle-ci servira de marqueur cérébral de la capacité du nourrisson à mémoriser ces images par rapport aux autres images qu’on lui présente.

Les odeurs associées aux images qui seront présentées aux nourrissons

Nous utiliserons des parfums qui seront testés en amont chez des adultes pour équilibrer leur caractère agréable et leur intensité. Nous utiliserons deux parfums : l’un associé aux images, l’autre non. Le parfum associé aux images sera interverti entre les nourrissons pour s’assurer que nous n’observons pas l’effet d’un parfum en particulier, mais bien l’impact de n’importe quel parfum sur la mémoire visuelle du nourrisson.