Le Prix Scientifique de 5 senses for kids Foundation

Nous savons que la multi sensorialité est importante. Cependant, elle est difficile à étudier. Il existe de nombreuses études qui portent sur un seul sens. Mais nous avons moins de connaissances sur les interactions entre plusieurs sens et le système neuronal.” Pr Anne Didier.

Le Prix Scientifique de 5 Senses for Kids Foundation a pour objectif d’encourager ce nouveau champ de recherche. Nous avons interviewé les professeurs Anne Didier et Roland Salesse, membres de la Société des Neurosciences, pour en parler en détail.

Quel est le rôle de la Société des Neurosciences ?

Pr Anne Didier et Roland Salesse : “La Société des Neurosciences est une association scientifique à but non lucratif. Elle a pour but de “promouvoir le développement des recherches dans tous les domaines des neurosciences.” Elle rassemble des chercheurs francophones dans tous les domaines des Neurosciences, du secteur public ou privé, quelle que soit leur nationalité.

Elle facilite les interactions entre chercheurs.

Elle a aussi pour but de favoriser la diffusion des connaissances scientifiques pour l’éducation et la formation des jeunes chercheurs, ainsi que l’information du public. 

Elle organise la Semaine du Cerveau en France. Cette manifestation annuelle permet de partager avec le grand public les découvertes récentes faites dans le domaine des Neurosciences.”

Pourquoi faire un partenariat entre 5 Senses For Kids Foundation et la Société des Neurosciences pour décerner un prix scientifique ?

Pr Anne Didier et Roland Salesse : “Pour 5 Senses For Kids Foundation, le but est de favoriser les recherches et initiatives sur le développement de la multisensorialité dans la petite enfance. Une expérience multisensorielle initiale favorable est une des conditions à la réalisation d’un développement harmonieux du jeune enfant. 

Et bien sûr, dans ce développement harmonieux, il y a le développement harmonieux du cerveau.

C’est ici que les Neurosciences aident à comprendre les mécanismes de ce développement et à favoriser leur réalisation. De plus, la Société des Neurosciences possède une expertise très large de tous les phénomènes neuronaux pour conseiller utilement 5 Senses For Kids Foundation et réunir un panel d’experts pour évaluer les travaux de recherche soumis. Elle peut mesurer l’impact scientifique des travaux des candidats.

Le partenariat permet aussi de restituer la multisensorialité par rapport à l’ensemble du développement et de l’évolution du cerveau non seulement dans la petite enfance, mais tout au long de la vie. La Société des Neurosciences apporte cette culture scientifique générale très large par rapport à la multisensorialité.  

C’est, enfin, une manière pour la Société des Neurosciences de faire connaître des résultats scientifiques, de promouvoir la recherche et ses applications dans la vie. C’est une belle façon de valoriser les découvertes et les connaissances scientifiques dans un contexte sociétal, afin de contribuer au développement des enfants. 

Il faut préciser que depuis 20 ans, l’imagerie cérébrale s’est beaucoup développée. Nous pouvons récolter des données sur le fonctionnement du cerveau des enfants, y compris in utero, auxquelles nous n’avions pas accès avant. Nous pouvons également suivre le regard des bébés (avec la technique de l’eye tracking) pour voir comment ils explorent le monde. Ceci nous permet d’en apprendre plus sur leur développement cognitif.” 

Quel est l’état de la recherche sur la multisensorialité ?



Pr Anne Didier et Roland Salesse : “La vision et l’audition sont les sens privilégiés à la fois par l’espèce humaine et la culture occidentale. Les connaissances scientifiques sur ces sens ont inspiré les recherches sur les autres (le nombre de sens n’est sans doute pas limité à 5 ; la proprioception, l’équilibre, la conscience de soi…). C’est ainsi qu’on a vu le Prix Nobel de Physiologie ou Médecine attribué en 2004 à Linda Buck et à Richard Axel pour leur découverte des récepteurs olfactifs en 1991. La découverte des récepteurs gustatifs a suivi 10 ans plus tard et le Prix Nobel 2021 de Physiologie ou Médecine a récompensé David Julius et Ardem Patapoutian pour leur découverte des récepteurs du toucher (ironie du sort, la dernière récompense va au sens qui se développe sans doute le premier in utero).

La plupart de ces recherches montrent que la stimulation sensorielle est indispensable au développement des sens et des régions cérébrales qui traitent les informations sensorielles. Ce développement montre des phases, sinon critiques, du moins importantes dans le développement de tous les sens et dans leur coordination entre eux et avec les fonctions supérieures.

Nous savons par exemple que si nous privons l’œil de stimulation sensorielle, pendant certaines phases du développement, certaines compétences visuelles sont perdues définitivement. 

Un autre exemple : nous faisons de plus en plus tôt les implants cochléaires chez les bébés. Les chercheurs se sont rendu compte que si nous attendons, le système auditif se développe sans stimulations sonores et certaines fonctions ne pourront pas être récupérées après.

Dans son livre “De la musique avant toute chose”, Claudia Kespy-Yahi parle également des recherches qui montrent qu’à la naissance, les enfants de tous les pays ont une gamme de fréquences très larges de perceptions auditives. Et puis cette gamme finit par se réduire en fonction des fréquences utilisées dans la langue maternelle.  

Enfin, la coordination entre les sens est indispensable. Un exemple remarquable est fourni par la mise en place du langage qui nécessite la coordination de l’audition, du contrôle moteur et de la cognition.

Dès la naissance, au quotidien, la multisensorialité est aussi utilisée par exemple pour mieux se repérer dans l’espace (proprioception, vision, équilibration), reconnaître les personnes de son entourage (vue, audition, odorat), interagir socialement (tous les sens !), mais beaucoup reste à faire pour comprendre les mécanismes cérébraux sous-jacents et leur mise en place harmonieuse pendant les premiers mois de vie.” 

La proprioception désigne la perception, consciente ou non, de la position des différentes parties du corps.
Les implants cochléaires sont des dispositifs qui enregistrent le son et le transforment en impulsions électriques envoyées directement dans le nerf auditif.

Quel est le but du Prix Scientifique ?

Pr Anne Didier et Roland Salesse : “Les recherches sur le développement montrent toute l’importance de réunir les « bonnes » conditions physiologiques, qui dépendent souvent des « bonnes » conditions psycho socio-économiques et culturelles du milieu familial. Le rôle des institutions, notamment des crèches, est de prendre en compte ces connaissances pour créer un environnement favorable à l’épanouissement des enfants, et éventuellement remédier aux impacts d’un environnement moins favorable.

Un Prix Scientifique permet bien entendu de récompenser des travaux de recherches ou des initiatives pédagogiques. Mais il possède aussi un impact médiatique qui met en relief les données scientifiques importantes. Il permet de sensibiliser le public et les décideurs pour créer les conditions favorables au bon déroulement des 1000 premiers jours et des 3000 premiers jours.”

Comment fonctionne ce Prix Scientifique ?

Pour connaître les détails du Prix, rendez-vous sur la page de candidature.

Elle vous dira :

  • Ce que l’on peut gagner,
  • Qui peut candidater,
  • Comment seront examiner les candidatures,
  • La deadline pour le dépôt des candidatures.

Vous souhaitez en savoir plus ?